real time

1997.10.16

Douglas Edric Stanley

Presque cent ans après les critiques de Bergson du temps ponctuel et son introduction du concept de la durée, nous nous trouvons encore dans les paradoxes de Zenon où l'on n'a jamais assez de temps. Le temps ne cesse d'être découpé en morceaux de plus en plus petits. Minute, seconde, milliseconde, nanoseconde, le temps n'accélère pas mais s'agrandit. On cherche à introduire de plus en plus d'événements ou plutôt des actions ponctuelles à l'intérieur d'un instant devenu fouille archéologique. Le temps est devenu fractal mais purement d'un point de vue chronométrique. Selon les théoriciens de l'interactivité comme fréquence de communications homme-machine, le temps réel doit décrire des rythmes d'échanges entre interacteur et programme avec une vitesse de « réponse » ou de réflexion qui dépasse les seuils de la perception.

« Un clavier informatique est un terminal de saisie où l'introduction d'une donnée coïncide pratiquement avec son traitement lorsque l'appareil fonctionne « en temps réel ». C'est ce qu'on appelle l'interactivité » — Bernard Stiegler, La technique et le temps, vol.2 « La désorientation », ed. Galilée, 1996, p.149

À partir du moment où je ne vois plus le temps de calcul que la machine a pris pour répondre à mes communiqués, je devrais pouvoir croire, qu'en fait, nous agissons tous les deux dans la même temporalité. Car la problématique du temps réel est celle de la correspondance entre temps de calculs ponctuels et discrets, c'est-à-dire le temps qui se succèdent sans former un tout, et le temps de la durée, autrement dit, le temps du devenir qui ressemble plutôt à notre expérience de la « réalité ». Car ici il faudrait faire la distinction entre perception et expérience. Le temps réel n'a rien à voir avec notre expérience du temps qui est traversée de couches multiples et variées de temporalités :

« Time takes many forms, and not all of them are real. There is psychological time, perceptual time, imaginary time, spiritual time. Social psychologists have observed that reality is made up of an amalgam of all these... But by equating "real" with "efficient" we mistakenly perpetuate the idea that acceleration is the principal goal not only of performance, but of life itself... Real time, in this context is a misnomer : a more worthy definition comes from cognitive psychologist Donald Norman, who rightly observes that "real time is what humans do" » (Le temps a plusieurs facettes, et elles ne sont pas toutes réelles. Il y a le temps psychique, le temps perceptif, le temps imaginaire, le temps spirituel. Des psycho-sociologues ont déjà fait remarquer que la réalité est faite d'un amalgame de toutes ces temporalités... Mais en associant « réel » avec « efficace », nous perpétuons une idée erronée selon laquelle l'accélération est le but principal non seulement de la performance mais également de la vie... Dans ce contexte, le temps réel est mal approprié : une définition plus intéressante vient du psychologue cognitif Donald Norman qui suggère avec raison que "le temps réel, c'est ce que font les êtres humains") — Jessica Helfand, Six(+2) Essays on Design and New Media, William Drenttel, New York, 1997, p.72

Ici, j'irai même jusqu'à critiquer la phrase d'introduction de Helfand, même si je suis d'accord avec l'esprit de ce qu'elle dit : « Time takes many forms, not all of them are real » [Le temps a plusieurs facettes, et elles ne sont pas toutes réelles]. Mais est-ce qu'il en existe une qui soit plus réelle qu'une autre ? Comme le dit Norman, la « réalité » du temps dépend entièrement de ce qu'on est en train de faire : si je pense à autre chose pendant que j'écris ce texte, c'est plutôt le temps de rêverie qui est le plus réel, alors que le temps de traitement du stock-exchange me semble pure fantaisie. Ce n'est pas seulement une question de point de vue, mais une question d'agencement ou de dispositif : au fond, quel est l'événement qui m'intéresse et comment est-ce que cet événement va m'intégrer ? Il faudrait néanmoins faire attention à ce que nous considérons comme interactivité une fois que nous avons introduit une multitude de temporalités dans nos divers programmes. Par exemple, Helfand, une fois le concept de temps réel critiqué, continue dans ce qu'elle croit être la même direction en critiquant également la notion d'interactivité comme temps de l'éphémère :

« While it takes only a fraction of a second to take a photograph, the reverse side of a print from a photo library is stamped each time it is requested for publication, revealing, over time, a rich texture that bespeaks its long, productive life. Imagine if it were possible to build texture such as this in e-mail, or over the Internet, or as a consequence of one's participation in a chat room. Yet as long as digital is understood to be ephemeral, the genesis of an idea -- and its very rich evolution over time -- will be impossible to visualise in quite the same manner » (Alors que cela ne prend qu'une fraction de seconde pour prendre une photo, le dos d'un tirage est tamponné chaque fois qu'on la demande pour une publication. Ce qui révèle, après un certain temps, une riche texture qui parle de sa vie longue et productive. Imaginez que cela soit possible d'introduire une telle texture à l'intérieur du courrier électronique, sur Internet, ou dans les groupes de discussion en temps réel. Mais tant que nous comprenons numérique comme quelque chose d'éphémère, il sera impossible de visualiser la genèse d'une idée -- et sa riche évolution à travers le temps -- de la même manière.) —Jessica Helfand, p.73

Ces commentaires, qui sont remplies d'idées tout à fait intéressantes (idées ressenties, d'ailleurs, depuis un certain temps par des utilisateurs d'Internet eux-mêmes), ont l'inconvénient de confondre évolution temporelle avec permanence dans le temps. Car Helfand suggère ici que si une trace dure et accumule du vécu pendant son trajet, cela doit forcément être en opposition avec l'éphémère qui demande que tout se passe (pour Helfand au moins) dans l'instant qui disparaît. Mais c'est Helfand elle-même qui suggère qu'un tel procédé d'accumulation relève d'une « évolution », ce qui veut dire forcément qu'il y a une part d'impermanence dans cette histoire. Et l'interactivité a toujours besoin d'un devenir et d'une impermanence pour « avoir lieu ». Mais cette impermanence du devenir peut avoir lieu à des vitesses et rythmes variés, avec des strates plus ou moins remplies de traces qui traînent avec leurs temporalités diverses et variées et qui ne cessent de traverser les autres strates comme des éruptions volcaniques qui introduisent sur la surface de la terre un mouvement souterrain qui coulait en dessous. L'interactivité a toujours lieu dans un devenir quelconque qui implique, forcément, une évolution ou une impermanence qui lui donnent, justement, sa figure. Mais, il est vrai que, tant que nous restons prisonniers de la notion d'un temps réel, l'évolution multi-temporelle de nos expériences dans l'interactivité sera réduite au seul mode du dialogue ponctuel et fugitif dans l'instant.

cf. accordage affectif, affects de vitalité, conversation, décalage, duré, effort, ennui, fréquence, instrument, perception amodal perception, précision, relation, slowness

bibliographie :