sombre précurseur

1997.10.16

Douglas Edric Stanley

> source code: sombre

« On peut imaginer un chaos plein de potentiels : comment mettre en rapport les potentiels? Je ne sais plus dans quel discipline vaguement scientifique, on a un terme qui m'avait tellement plu, que j'en ai tiré partie dans un livre, où ils expliquaient qu'entre deux potentiels se passait un phénomène qu'ils définissaient par l'idée d'un sombre précurseur. « Le précurseur sombre », c'est ce qui mettait en rapport des potentiels différents. Et une fois qu'il y avait le trajet du sombre précurseur, les deux potentiels étaient comme en état de réaction. Et, entre les deux, fulgurait l'événement visible : l'éclair. Il y avait le précurseur sombre et puis l'éclair. C'est comme ça que le monde naît. Il y a toujours un précurseur sombre que personne ne voit et puis l'éclair qui illumine. C'est ça le monde. Ça devrait être ça la pensée. Ça doit être ça la philosophie. C'est ça aussi la sagesse du Zen. Le sage, c'est le précurseur sombre et puis le coup de bâton - puisque le maître Zen passe son temps à distribuer des coups de bâton - c'est l'éclair qui fait voir les choses. » - Gilles Deleuze, « Z comme Zigzag », dans L'Abécédaire de Gilles Deleuze avec Claire Parnet, Pierre-André Boutang, réalisateur, 1996

« Quel est cet agent, cette force assurant la communication ? La foudre éclate entre intensités différentes, mais elle est précédée par un précurseur sombre, invisible, insensible, qui en détermine à l'avance le chemin renversé, comme en creux. De même, tout système contient son précurseur sombre qui assure la communication des séries de bordure... Parce que le chemin qu'il trace est invisible, et ne deviendra visible qu'à l'envers, en tant que recouvert et parcouru par les phénomènes qu'il induit dans le système, il n'a pas d'autre place que celle à laquelle il « manque », pas d'autre identité que celle à laquelle il manque : il est précisément l'objet = x, celui qui « manque à sa place » comme à sa propre identité. » - Gilles Deleuze, Différence et répétition, P.U.F., 1968, p.156-7

somb1.gif

Nous ne cessons de le répéter : l'interactivité n'est pas de l'ordre de la communication, même si elle met en scène des communications : pour remplacer le mot « communication » dans notre définition d'interactivité, nous proposons alors celui d'« intercourse ». De même, l'interactivité n'est pas en soi un travail, mais l'effort qui pourrait éventuellement permettre le remplissage d'une tâche, c'est-à-dire un travail : « effort » comme la mise en relation d'au moins deux termes - une relation en dehors de laquelle l'effort n'existe pas. Partout il faudrait remplacer les termes : fonctionnement au lieu de fonctionnalités, rhizome à la place de arborescence, scène à la place de interface, etc., etc...

Toutes ces redéfinitions témoignent de l'importance d'un sombre précurseur. on croit voir l'origine de l'événement, mais tout ce que l'on a vu c'était son exprimant. De la même façon, on se croit trop souvent à l'origine de l'interactivité, tandis que nous n'en sommes que sur les bords, comme des sortes de témoins. On oublie la dépossession constitutive de l'interactivité, parce que (et on a - en partie - raison) nous croyons que l'interactivité est là pour nous. mais avant nous, avant la machine, avant notre « communication » (qu'elle vienne de moi ou de la machine), il y a une sorte de pré-communication, un pré-message, une configuration ou une relation qui nous met en communication. C'est ce mouvement « en creux » qui définit l'interactivité, le pré-événement avant l'événement qui permet l'événement. Et nous ? Nous n'en voyons que l'éclair.

Voici une animation interactive que nous pouvons voir à d'autres occasions à travers ces essais. Elle met en scène des pseudo-potentiels, exprimé par des souris et ma souris. Où se trouve alors le sombre précurseur ? Nous voyons l'éclair, où est donc ce précurseur sombre qui l'a rendu possible ? Deleuze dit très clairement, que le précurseur sombre n'est pas du même ordre que l'éclair qu'il fait voir. Il est, selon ses termes, « l'objet = x  ». Il n'existe que par rapport, dans la relation qu'il permet. On pourrait répondre alors que le précurseur sombre est quelque part, mais qu'il n'est pas « représenté » dans cette animation. Et on aurait raison. Mais Deleuze signale également, qu'un précurseur sombre peut néanmoins être intuitivement perçu, à cause du tracé dessiné par ce que ce sombre précurseur a mis en mouvement. Qu'est-ce qui a donc « précédé » l'éclair ?

D'abord, il y a la configuration machine : un ordinateur, une souris (probablement), un logiciel de navigation (browser), un logiciel d'interactivité (plug-in) et une programmation pour cette animation (ici « buttonS.dcr » ). De l'autre côté nous voyons probablement un bras et une main (mais qui pourrait également être un pied dans le cas de manchots, ou la bouche pour des gens paralysés, etc.), ainsi qu'un esprit, etc. Ce dernier, d'ailleurs, n'est pas indispensable pour faire fonctionner l'animation. En tout cas, il existe une configuration quelconque machine-humain.

Deuxièmement, il y a l'effort propre de cet ensemble, constitué par la découverte de l'animation interactive et sa mise en fonctionnement : quand je fais un effort (gestes, actions) pour faire fonctionner un dispositif d'interactivité (« comment ça marche ce truc ?  »), il n'est pas forcément essentiel de savoir si j'ai réussi ou pas. Mon effort est déjà une activité effective, en tout cas cela m'a « occupé » d'une façon quelconque...

Troisièmement, il y a mes intentions vis-à-vis de la machine, mon envie de saisir quelque chose. Ce mouvement d'approche est déjà l'ébauche d'une interactivité.

Quatrièmement, il y a un effet de « prothèse », constitué par la transformation du corps qui saisi l'interface qui saisira ensuite l'animation interactive. Cet effet de prothèse déterminera l'expérience à la fois de réception de l'animation ainsi que de son déclenchement.

somb3.gif

Finalement, il y a une programmation, définie soit comme un potentiel, soit comme des figures pré-déterminées. Dans le deuxième cas, nous n'aurions même pas à parler de précurseur sombre, mais plutôt de prédécesseur éclairé : si la programmation est, en quelque sorte, l'événement déjà tout fait, et bien, rien d'événementiel n'arrivera à travers cette animation. Mais même si nous comprenons très vite le principe de cette animation, il n'est pas difficile de voir que « quelque chose se passe » et que cette animation est en train de s'actualiser, même si elle a quelque chose de pré-figuré. Nous ne trancherons pas ici dans le débat, mais il faudrait signaler quand-même que s'il y a précurseur sombre du côté de la programmation, c'est tout d'abord parce qu'elle ne s'exprime qu'à travers son actualisation, son « run-time ». Elle serait donc de l'ordre de la pré-expression. C'est dans ce sens qu'elle participe au mouvement du sombre précurseur.

somb2.gif

Tout cet ensemble nous permet de dire que l'interactivité, c'est le précurseur sombre, tandis que l'animation ou l'expérience de l'interactivité, c'est l'éclair.

Si nous voulons faire des animations, expériences ou « immersions » interactives plus intéressantes que ce que nous avons vu jusqu'ici, nous aurions tout intérêt à travailler du côté de tout ce qui précède l'expérience interactive, et je ne veux pas dire simplement la psychologie. Il y a une sorte de prédécesseur à la psychologie dans les dispositifs d'interactivité, et cela passe en gros par la configuration. Pré-psychologie de la configuration ou d'une prothèse d'interactivité. Rapprocher l'expérience de l'interactivité à ce pré-mouvement, à cette pré-action, c'est permettre à l'utilisateur de saisir quelque chose de plus fort que la satisfaction et en-deça d'elle. Le précurseur sombre serait alors ce coup de bâton du maître Zen, quelque chose qui réveillerait l'utilisateur, par exemple, et le mettrait en face du dispositif dont il fait partie. Geste extrêmement rare d'autant plus qu'il n'est pas en lui-même de l'ordre de la visibilité. Mais nous aurions quelques oeuvres qui témoigneraient déjà de ce précurseur sombre du dispositif d'interactivité, comme Tall Ships de Gary Hill. À l'extremité du coup de baton, comme dans cette oeuvre, serait le piège, puisque c'est par là, de notre point de vue, que commence tout l'histoire de l'interactivité. Dans ce couloir de figures qui s'appochent de vous, on est d'autant plus déposédé par l'automatisme du geste. Mais comme le précurseur sombre, ce n'est qu'après coup que nous nous rendons compte qu'il a été posé.

cf. approche, configuraton, effort, piège